Kabuki ou le théâtre populaire japonais 歌舞伎

Le Kabuki (歌舞伎) est un théâtre traditionnel qui date du XVIIème siècle, il mélange trois arts : la musique, le danse et le drame. Il est joué uniquement par des hommes.

La participation des femmes a été interdite sous le shogunat et cette pratique n’a pas changé depuis. Un acteur ne jouant que des rôles de femmes, Oyama(女形), est souvent plus juste dans son interprétation et plus coquet que si c’était une femme.

Tout y est exagéré et stylisé : les couleurs des costumes élaborés et voyants, le maquillage original et symbolique (Kumadori, 隈取), les rôles surhumains et les moments d’arrêt dans les gestes de l’acteur aux points culminants de l’action. C’est cet ensemble qui constitue la beauté pittoresque du Kabuki.

Continuer la lecture de « Kabuki ou le théâtre populaire japonais 歌舞伎 »

Le pont Tatsumi bashi

Marcher cinq minutes vers le nord depuis le quartier de Gion… Il y a beaucoup de maisons en bois près du pont Tatsumi-bashi (巽橋) qui traverse la petite rivière Shirakawa. Vous aurez sûrement l’impression que c’est un paysage du 17ème siècle. C’est un endroit charmant et les Kyotoites veulent transmettre ce quartier à la postérité. Situé à la limite nord de Gion, c’est là que la culture traditionnelle a commencé à s’épanouir.

Ce quartier est composé de deux rues, Gion-Shinbashi et Shirakawa-Minami. À l’intersection des rues se trouve le petit sanctuaire « Tatsumi-Daimyojin ». Il abrite la déesse  « Benzaiten », la Déesse qui symbolise l’art et l’eau. De bon matin, des Maiko viennent ici prier pour maitriser les arts traditionnels.

La rivière Shirakawa (littéralement rivière blanche) est vraiment magnifique avec ses cerisiers et ses saules. Le poète du XXème siècle, Yoshii Isamu, adorait ce quartier et lui a dédié ce poème :

Kanikaku ni     Gion wa koishi     neru toki mo  makura no shita no     mizu no nagaruru (Gion est tellement adorable que j’entends le son de sa rivière au chevet.)

Ce poème est écrit sur la pierre au milieu de la rue Shirakawa-Minami. Continuer la lecture de « Le pont Tatsumi bashi »

Le Ryoanji

 

Ce temple du XVème siècle, Ryoanji  (littéralement Temple du repos du dragon), est considéré comme chef-d’œuvre du jardin zen et fait partie du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Il comprend deux jardins bien contrastés : le jardin extérieur entouré d’arbres variés et le jardin intérieur dans le temple.

Ce dernier est surtout renommé pour son paysage des quinze pierres. Il permet aux visiteurs d’imaginer librement et de retrouver leur paix intérieure. Le philosophe Français Sartre, la Reine Élisabeth et beaucoup de personnes célèbres ont visité et admiré ce temple et ce jardin.

Il se compose simplement d’un lit de fins graviers de kaolin harmonieusement ratissés sur lequel sont savamment disposées quinze pierres  pour que le paysage soit entièrement différent dès que l’on change de place. Il est impossible, quel que soit le point de vue, de voir les quinze pierres à la fois. Il manque toujours une pierre qui est cachée et c’est unique en son genre. Le kaolin ratissé symbolise l’océan et les rochers, les montagnes. Le jardin enseigne qu’il y a plusieurs façons de regarder et que personne ne peut tout voir. Continuer la lecture de « Le Ryoanji »

Le Kinkakuji

Le Kinkakuji, traduit en français « Pavillon d’or »,  est sans doute le monument le plus célèbre du Japon et aussi classé au patrimoine mondial de l’humanité.

Construit par le shogun Ashikaga Yoshimitsu en 1397, il est très connu pour son paysage plein de luminosité. Cependant, il y a une anecdote cachée dans ce temple.

Au XIVème siècle, Yoshimitsu envisageait de recommencer l’import-export avec la Chine qui était interrompu pendant longtemps. La Chine étant le plus grand pays d’Asie, il pensait qu’il devait construire un bâtiment pour montrer son prestige, sinon il ne pourrait pas rétablir des relations égales. Continuer la lecture de « Le Kinkakuji »

Le Ginkakuji

 

Le mot « gin » veut dire « argent » et le « kaku », « pavillon ». Le Ginkakuji est donc souvent traduit en français le « Pavillon d’argent ». Cependant ce n’est pas exact. La bonne traduction est le « Pavillon dans le jardin d’argent ». Construit à la fin du XVème siècle par le shogun Ashikaga Yoshimasa, le 8ème shogun du clan d’Ashikaga, ce temple zen est le fruit de la beauté fugace.

Yoshimasa aimait l’art dans la solitude. En effet, il a succédé au titre du shogun quand il avait 10 ans. Le XVème siècle, c’est la période qui était marquée par des guerres civiles et la famine qui frappait tout le pays. Donc il a passé son adolescence dans une époque ténèbre et sans aucun doute cette situation a influencé son caractère.

À propos, quand on dit le mot « guerre » parmi les Kyotoïtes, cela ne veut pas dire forcément la Seconde Guerre mondiale mais la Guerre  d’Onin (応仁の乱) entre 1467 et 1477. Elle a tiré son origine d’un conflit de succession du chef de la famille Ashikaga : le fils et le frère cadet de Yoshimasa étaient rivales. La guerre a continué pendant 10 ans et la ville de Kyoto fut réduite en cendre. Yoshimasa était responsable de la guerre et il a pris sa retraite à l’âge de 37 ans. Continuer la lecture de « Le Ginkakuji »

Visiter un Temple Zen

Dans les temples zen, on pratique le « Zazen », ça veut dire la méditation en position assise avec les jambes croisées et le dos droit. C’est un moyen pour atteindre l’illumination.

Mais dans l’école Zen, il y a une chose encore plus importante que la pratique du Zazen.

Pouvez vous imaginer ce que c’est ?

C’est le nettoyage ! En effet, avant de commencer toute méditation, il faut d’abord rendre propre l’espace autour de soi. Nettoyer permet de garder le cœur propre, ce qui est très important dans le bouddhisme Zen. Nettoyer son environnement signifie « travailler », ce qui correspond au « mouvement », alors que la méditation équivaut à la « tranquillité ». L’équilibre entre le mouvement et l’immobilité est la quintessence du Zen.

La pratique de la méditation ne suffit pas à atteindre l’illumination. Donc, n’oubliez pas de bien nettoyer votre maison avant de venir au Japon !

À Kyoto, on vous recommande de visiter les temples Zen tels que le Tenryuji, le Nanzenji, le Kenninji et le Tofukuji. Continuer la lecture de « Visiter un Temple Zen »

Kyoto en quelques mots…

Kyoto est l’ancienne capitale millénaire située au centre de la partie ouest du Japon. Elle se situe à 500 kilomètres de Tokyo, qui seront parcourus en moins de deux heures et demie si vous empruntez le célèbre Shinkansen, le TGV Japonais.

Les rues de Kyoto se croisent en angle droit comme un échiquier géant, ce qui les rend très faciles à parcourir. Elles furent aménagées sur le modèle de la ville chinoise, Chang’an.

La ville de Kyoto est placée dans un bassin étroit, qui mesure 40 kilomètres du nord au sud et 20 kilomètres d’ouest en est. Entourée par les montagnes, il y fait chaud et humide en été et froid en hiver.

La nature est prédominante à Kyoto, on peut découvrir à quel point la culture et les monuments historiques coexistent avec les éléments naturels tels que : les montagnes, la forêt, la rivière et sont rythmés par le passage des quatre saisons.

Kyoto est la septième plus grande ville du Japon : 1er Tokyo, 2ème Yokohama, 3ème Osaka, 4ème Nagoya, 5ème Sapporo, 6ème Kobe, 7ème Kyoto, 8ème Fukuoka, 9ème Kawasaki, 10ème Hiroshima. Continuer la lecture de « Kyoto en quelques mots… »