La langue japonaise -partie 1-

 Le japonais n’est parlé que dans un seul pays : le Japon. Il appartient au même groupe linguistique que le coréen et il y a des points similaires de grammaire et de vocabulaire entre ces deux langues. Les mots japonais n’ont pas de genre et il n’existe pas d’articles. Le verbe venant en fin de phrase, il faut écouter jusqu’au bout pour comprendre les propos de son interlocuteur. Tandis que l’alphabet européen est constitué de phonogrammes, le japonais est constitué d’idéogrammes et est composé de 48 hiragana (ひらがな), 48 katakana (カタカナ) et plus de 4000 kanji (漢字, caractère chinois). Les hiragana et les katakana sont des lettres phonétiques. Ces premiers sont utilisés pour écrire les mots indigènes qui ne s’écrivent pas en kanji ou pour la conjugaison des verbes. Les katakana sont utilisés pour les mots importés.

Hiragana        Katakana                  Prononciation

                                                             (commune aux deux)

あ  い う え お                 ア イ ウ エ オ            a  i  u  e  o

か き く け こ                 カ キ ク ケ コ            ka  ki  ku  ke  ko

さ し す せ そ            サ シ ス セ ソ          sa   shi  su   se    so

た ち つ て と                タ チ ツ テ ト            ta   chi  tsu   te    to

な に ぬ ね の              ナ ニ ヌ ネ ノ            na   ni   nu   ne   no

は ひ ふ へ ほ             ハ ヒ フ ヘ ホ           ha   hi   fu    he   ho

ま  み む め も              マ ミ ム メ モ            ma  mi   mu  me   mo

や (い)  ゆ (え) よ            ヤ  (イ) ユ  (エ) ヨ         ya     i      yu    e    yo

ら り る れ ろ               ラ リ ル レ ロ            ra   ri    ru    re   ro  

わ ゐ (う) ゑ を             ワ  ヰ (ウ) ヱ ヲ           wa    i       u      e     o

ん                                ン                                   n

Les kanji sont arrivés de Chine. Ils diffèrent des hiragana et des katakana car chaque kanji peut avoir un ou plusieurs sens. Il y a envirion deux mille kanji dans l’utilisation courante. Mais l’examen du kanji, Nihon kanji nôryoku kentei (日本漢字能力検定), test populaire au Japon, demande aux candidats d’apprendre de trois à quatre mille kanji.

La lecture du kanji se divise en deux groupes, on-yomi (音読み) et kun-yomi (訓読み). La lecture on-yomi est basée sur la prononciation chinoise, tandis que la lecture kun-yomi est la lecture adaptée en japonais après importation du kanji depuis le continent. Il y a donc plusieurs manières de lire les kanji au Japon. L’apprentissage des kanji demande beaucoup de temps et à la fin de l’école primaire, les enfants connaissent un millier de caractères.

La composition du kanji est intéressante. Par exemple, le kanji 木 (ki, BOKU, MOKU) signifie ‘arbre’. Ce caractère ressemble à la forme d’un vrai arbre. Le mot caractère 川 (-kawa, gawa, SEN), représentant le courant d’eau, signifie ‘rivière’, et le 月 (tsuki, GETSU, GATSU), ressemblant à un croissant, veut dire certainement ‘lune’. Les kanji les plus compliqués vous paraîtront difficile à apprendre au premier coup d’oeil, mais à vrai dire, ils sont en une composition de quelques éléments faciles : le kanji 林 (-hayashi, bayashi, RIN) correspond à deux ‘arbres’ (木) et il signifie ‘bois’. Le kanji 森 (mori, SHIN) constitué de trois ‘arbres’ (木), signifie ‘forêt’. La plupart des kanji ont été créés de cette manière. Il n’est donc pas difficile d’imaginer le sens de mots en le remarquant chaque composant.

Voir partie 2, partie 3 et éducation

JSS

Kizuna : lien de s’entraider 絆 助け合うつながり

Le 20 mars 2011, un garçon de seize ans et sa grand-mère, isolés sous des décombres pendant 217 heures, ont été retrouvés sains et saufs. Ils ont été hospitalisés et leur état est maintenant stable.

Les opérations de sauvetage se poursuivent dans les régions sinistrées. Au 22 mars, on dénombre 8 805 morts et 18 335 disparus. Les réfugiés peinent à avoir de la nourriture, des médicaments, de l’électricité, du pétrole et de l’essence. Comme c’est une région froide, les situations sont encore plus difficiles pour les femmes enceintes, les bébés et les personnes âgées ou malades.

Les Japonais se rappellent le grand séisme de Kobe (神戸), qui avait eu lieu il y a seize ans et qui avait fait 6 434 victimes. La ville avait été détruite par des secousses sismiques, tandis que cette fois-ci c’est un tsunami qui a dévasté la région de Tohoku (東北). Les anciens sinistrés de Kobe et de nombreux volontaires dans tout le Japon se sont mobilisés pour venir bénévolement en aide aux réfugiés. Sur les lieux du drame, aucune émeute ni pillage, preuve de la discipline des Japonais.

Le caractère de la photo, 「絆」, se lit ‘kizuna‘ et signifie ‘lien’. Il est composé de deux parties, 「糸」 qui signifie ‘fil’ et 「半」, ‘moitié’. Tous les êtres humains sont unis les uns aux autres par des fils invisibles et ils doivent s’entraider pour maintenir ces liens fragiles.

JSS