Quel plateforme de réservation utiliser pour son séjour au Japon?

Si vous cherchez un lieu exceptionnel ou une maison traditionnelle japonaise (machiya) voici quelques informations pour chercher :

Il existe beaucoup de plateformes et c’est la course à la plateforme qui aura le plus d’hôtels, maisons et autres. . . .

Cependant et sans aucun doute Airbnb est de loin le meilleur car les meilleures maisons, les lieux les plus exceptionnels y sont.

L’ergonomie du site est facile et très agréable, la clientèle est d’ailleurs plus sympa et ouverte, on note vraiment une différence, c’est une communauté.

Bookimg reste une plateforme pour les hôtels et sans plus d’intérêts que les autres plateformes.  

La clientèle est une clientèle d’hôtel et souvent ne comprends pas la différence entre louer une maison et une chambre d’hôtel, aussi les meilleures maisons ou lieux n’y sont pas car les Host préfèrent éviter ce type de clients.

L’ergonomie du site web est compliqué avec des pseudos promos en permanence et messages intempestifs : Attention, il y a une autre personne qui regarde cette annonce en ce moment, bref un model dépassé qui vous pousse à réserver en vous mettant la pression et donc du stress. Les clients sont juste des produits de base pour Booking et cela se ressent !

Agoda une clientèle plutôt asiatique et plutôt hôtel.

Trip Advisoir, sans intérêt à éviter pour ne pas perdre son temps.

Expedia c’est comme Booking sur le même modèle et comme Booking peut-être trop gros et indolore, sans intérêt particulier.

Abritel Homeway, peu de choix.

Hotel.com sans intérêt même modèle que les autres grosses plateformes…

Le Japon est la destination touristique en plus forte croissance au monde.

En 1995, un modeste 3,3 millions personnes ont visité le Japon, une terre fascinante de temples anciens, de gratte-ciel, de montagnes enneigées et de plages de sable. Cette année-là, le Japon a été le 34e pays le plus visité sur la planète, selon l’Organisation mondiale du tourisme des Nations Unies (OMT), derrière la Bulgarie, l’Ukraine et la Belgique.

La croissance était stable, en 1998, 4,1 millions voyageurs étrangers ont passé au moins une nuit sur le sol japonais, ce qui en fait alors la 33e nation la plus visitée. En 2005, 6,7 millions soit la 32e position sur la liste puis passe à la 31e place en 2010 avec 8,6 millions.

Le pays a pris un sérieux coup après la catastrophe nucléaire de Fukushima en mars 2011 et en 2012, les visites sont tombées à 8,4 millions.

Depuis 2013, cependant, quelque chose s’est produit ?

Les visites annuelles ont grimpé de plus de 20 millions, ce qui fait du Japon la plus forte croissance de la décennie des destinations majeures. L’OMT estime que 28,7 millions voyageurs d’outre-mer sont restés au Japon en 2017, soit une hausse de 334% depuis 2010. C’est soudainement le 12e pays le plus visité de la planète.

Ce n’est nullement la seule nation à avoir connu une croissance rapide ces dernières années. Le tourisme mondial est en plein essor, entraîné par l’augmentation des vols et l’essor de la classe moyenne Globe-Trotter de la Chine. Mais le Japon dépasse facilement ses rivaux. Le tourisme en Thaïlande, par exemple, l’un de ses rivaux les plus proches en termes de croissance a augmenté de seulement 223 pour cent depuis 2010.

La hausse du Japon démontre l’importance de la réduction des formalités administratives. En 2013 le pays a assoupli les restrictions pour les visas aux visiteurs de Thaïlande, Malaisie, Indonésie, Philippines et le Vietnam. Depuis 2015, le Japon a lentement assoupli les restrictions pour les citoyens chinois, l’Inde et l’Ukraine ont été les derniers à en bénéficier. Un total de 66 nationalités peuvent désormais visiter le Japon en tant que touriste sans visa.

La baisse de la valeur du yen japonais a été un autre facteur.

Qu’est-ce qui ne va pas?

Le tourisme non règlementé est bon pour l’économie-mais il cause des problèmes. La croissance rapide signifie des infrastructures tendues et une surpopulation dans les grandes villes et les principales attractions. Au cours des derniers années, il y a eu une augmentation de tension entre les habitants et les visiteurs dans des destinations comme Barcelone, Venise, Amsterdam, Dubrovnik, Madrid et Majorque, le “surtourisme “ est devenu le mot à la mode.

Ces problèmes ont aussi affecté le Japon, le Japon Times a rapporté qu’une nouvelle expression était née  “Kankō kōgai, ” ou  “tourisme pollution “. Kyoto est le champ de bataille majeur avec les résidents qui disent que la ville est tellement envahie par les touristes qu’ils ne peuvent pas utiliser les bus locaux ou obtenir une réservation dans leurs restaurants préférés. La ville  “Miyabi “, l’atmosphère raffinée unique à Kyoto, a été détruite, disent-ils.

Comment ces problèmes seront-ils résolu avec l’objectif du pays d’augmenter le tourisme à plus de 40 millions pour 2020?

Le Japon depuis 2019 facture aux visiteurs une taxe de sortie du pays de ¥1 000, ses fonds sont utilisés pour stimuler l’infrastructure touristique et promouvoir d’autres lieux moins connus à visiter à travers tout le Japon, autres que Tokyo, Kyoto et le Mont Fuji.

Le tourisme a rebondi en octobre après une baisse

Le tourisme au Japon a rebondi en octobre après une baisse des visiteurs étrangers pour le mois précédent pour la première fois depuis 2013 en raison des catastrophes naturelles majeures, selon des statistiques gouvernementales publiées mercredi.

Selon l’Agence japonaise du tourisme, le nombre estimé de visiteurs étrangers a augmenté de 1,8% par rapport à l’année précédente, pour atteindre 2 640 600 personnes en octobre. Le rythme de cette augmentation n’est pas revenu à un niveau à deux chiffres d’avant les catastrophes telles que le typhon.

Par pays et par région, le plus grand nombre de touristes est venu de Chine en octobre (715 300), en hausse de 7,8%, suivi de la Corée du Sud avec 571 200, en baisse de 8,0% pour le quatrième mois consécutif de baisse, Hong Kong à 169 500, en baisse de 0,9 pour cent et seulement 20,781 pour la France en hausse de 0,8%.

Le nombre total de voyageurs étrangers au Japon entre janvier et octobre a atteint 26 109 300, en hausse de 9,7% par rapport à l’année précédente, selon les données.

Si les touristes étrangers continuent à visiter le pays jusqu’à la fin de l’année à un rythme équivalent de celui de novembre et décembre dernier, ce chiffre dépasserait pour la première fois le cap des 30 millions de visiteurs annuels. Le Japon souhaite accueillir 40 millions de visiteurs étrangers d’ici 2020.

Vélo à Kyoto état des lieux

Dans le contexte ou les scientifiques du climat avertissant que nous disposons de 12 ans pour réduire les émissions de carbone afin d’éviter un changement climatique désastreux, Kyoto cherche un autre avenir durable. La ville japonaise s’éloigne de plus en plus de l’automobile pour les transports en commun, à vélo ou à pied. Déjà, plus des trois quarts des déplacements personnels en ville ne se font pas en voiture.

Avec la Déclaration de Kyoto «Walkable» de 2010, la ville visait à ne plus être une société dominée par la voiture. Kyoto a une liste ambitieuse de 94 projets visant à promouvoir le potentiel piétonnier.

Les résultats obtenus jusqu’à présent sont impressionnants, selon les données des administrations municipales. L’utilisation des transports en commun a considérablement augmenté. La circulation automobile entrant dans la ville diminue d’année en année, tout comme l’utilisation du parking. Seulement 9,3% des mouvements touristiques dans la ville ont été effectués en voiture, contre 21% en 2011. En conséquence, les émissions provenant des transports en 2015 ont été inférieures de 20% aux niveaux de 1990.

Une ville faites pour le cyclisme ? Presque aucun parking pour se garer dans la ville et interdiction de se garer sur tous les trottoirs. Des camions fourrières enlèvent les vélos même la nuit, ce qui coute environ Y4000 et une grande perte de temps car il faut allez loin pour récupérer son vélo. Bref Kyoto a de large progrès à faire !

Kyoto est déterminé à améliorer la situation dit-on. Le prochain objectif est d’accroître les possibilités pour le cyclisme… à voir !?!

Pourtant Kyoto a tous les atouts car le vélo est la meilleure façon de voir et visiter la ville. Que vous soyez résident ou touriste, le vélo est le secret pour découvrir la beauté de ses sites patrimoniaux en un temps record. Un nombre croissant de touristes choisissent chaque année de louer un vélo. Continuer la lecture de « Vélo à Kyoto état des lieux »

Kyoto est en tête du classement des grandes villes japonaises, Fukuoka deuxième et Osaka troisième

Selon un sondage mené par un groupe de réflexion affilié au grand promoteur immobilier Mori Building Co., Kyoto figure en tête du classement des principales villes japonaises selon des critères tels que la qualité de vie et l’économie.

L’Institut des stratégies urbaines a publié sa première édition du classement, qui couvrait 72 villes à l’exclusion de Tokyo.

Les villes ont été classées selon 83 indicateurs répartis dans six catégories : économie et affaires, transports et accessibilité, environnement, vie et résidence, culture et échanges et pour finir recherche et développement ; à partir de la base de résultats statistiques et d’auditions avec les résidents locaux.

Kyoto a été bien noté pour ses universités et ses nombreuses propriétés touristiques, y compris ses atouts historiques et culturels, a déclaré le groupe de réflexion.

Fukuoka est arrivé en deuxième position grâce à sa puissante économie. Un certain nombre de zones spéciales de déréglementation sont situées dans le hub sud-ouest.

Malgré le faible taux de criminalité, Osaka se classe au troisième rang en raison de la vigueur de la consommation privée et des investissements, ainsi que de son réseau de transport pratique. Continuer la lecture de « Kyoto est en tête du classement des grandes villes japonaises, Fukuoka deuxième et Osaka troisième »

Le Japon a les heures de travail les plus longues du monde

Près d’un quart des entreprises japonaises exigent que les employés travaillent plus de 80 heures supplémentaires par mois, selon un sondage gouvernemental de 2016.

Ces heures supplémentaires sont souvent non payées. Une étude d’Expedia a révélé que les travailleurs japonais en moyenne n’ont pas utilisé 10 de leurs jours de vacances rémunérés, et 63 % des japonais interrogés se sentent coupables d’avoir pris des congés payés.

Pourtant, les longues heures de travail ne signifient pas nécessairement une productivité élevée. En fait, le Japon a même la plus faible productivité parmi les pays du G-7, selon les données du Compendium des indicateurs de productivité de l’OCDE. Trop d’heures de travail finalement pénalisent la productivité.

La mort par le surmenage : Le terme  “Karoshi “ traduit à  “mort par surmenage ” en japonais est un terme juridique reconnu comme une cause de décès.

Une employée de la plus grande société de publicité au Japon est morte en 2015 en raison d’une dépression causée par le surmenage. L’affaire a suscité une attention général et renouvelé les appels à changer les longues heures de travail ainsi que les heures illégales impayées supplémentaires très commun au Japon.

Le PDG de Dentsu a démissionné et la société a été condamnée à une amende pour avoir violé les règles du travail car la salarié aurait été forcée à travailler 100 heures supplémentaires par mois. Dentsu a apporté des changements au sein de l’entreprise, comme éteindre les lumières dans les bureaux après 22 heures pour forcer les employés à quitter les lieux.Ce qui est certains c’est que pour la France cela ressemble à de la science-fiction…..

Kyoto, une ville en chantier permanent. . .

Kyoto est une ville en chantier permanent depuis quelques temps déjà.

Pour embellir la ville ?  Pas du tout !

Depuis l’ouverture total du japon au tourisme de masse, chaque jour on découvre la construction d’un nouvel hôtel.

On peut observer la destruction massive d’anciennes maisons traditionnelles pour construite en 6 mois des hôtels bas de gammes de médiocres qualités et en général particulièrement laids. A tel point que l’on se demande si il n y a pas un concourt d’hôtel le plus moche à Kyoto ?

Bien sûr si vous habitez au fin fond de la Chine vous trouverez sans doute que ce n’est pas si laid mais si vous venez de France ou d’Europe vous risquez d’être très étonné quant à l’urbanisation chaotique au Japon.

Kyoto semble vraiment faire n’importe quoi au détriment de la qualité et de l’esthétique . Franchement c’est dommage et une grosse déception pour beaucoup de touristes, heureusement les temples et jardins sont magnifiques !

Le passeport Japonais devient le «plus puissant» du monde

Singapour a perdu son titre de nation du «plus puissant» passeport dans le monde car le Japon est maintenant numéro un.

Les citoyens japonais bénéficient d’un accès sans visa dans 190 pays, grâce à un nouvel accord avec le Myanmar, un pays de plus que les Singapouriens, qui ont accès à 189 pays.

L’Iraq et l’Afghanistan restent en bas de l’index passeport Henley Top Ten. Les États-Unis et le Royaume-Uni qui ont partagé la première place en 2015 sont tombés à la cinquième place, tandis que l’Allemagne, la Chine et la Russie ont également reculé. Données recueillies auprès de l’Association internationale du transport aérien.

L’Indice de passeport Henley Top Ten pour 2018 est le suivant:

1. Japon: 190
2. Singapour: 189
3. Allemagne, France, Corée du Sud: 188
4. Danemark, Finlande, Italie, Suède, Espagne: 187
5. Norvège, Royaume-Uni, Autriche, Luxembourg, Pays-Bas, Portugal, USA : 186
6. Belgique, Suisse, Irlande, Canada: 185
7. Australie, Grèce, Malte: 183
8. Nouvelle-Zélande, République tchèque: 182
9. Islande: 181
10. Hongrie, Slovénie, Malaisie: 180

Nouvelle taxe d’hébergement à Kyoto

A partir du lundi 1er octobre 2018, les visiteurs de Kyoto seront taxé par une augmentation de leurs factures d’hébergement car la taxe des logements en ville entre en vigueur sur plus de 3 200 hôtels, guest house, ryokan, et logements privés.

Kyoto deviendra la troisième ville au Japon à mettre en place une taxe d’hébergement après Tokyo et la préfecture d’Osaka.

Les visiteurs dans les établissements avec des prix de chambre de moins de ¥20 000 par nuit seront facturés ¥200 par personne, par nuit. Les chambres comprises entre ¥20 000 et ¥50 000 seront facturées ¥500 par personne et par nuit et les lieux de charge de plus de ¥50 000 viendront avec une taxe de ¥ 1 000 par personne et par nuit.

Il est conseillé aux touristes de vérifier auprès de leurs agents de voyage si la nouvelle taxe est incluse dans les forfaits voyages qu’ils achètent. Sinon, les visiteurs seront facturés lors de leur départ.

Entre octobre et mars, Kyoto estime que le nouveau régime fiscal rapportera ¥1,9 milliard de recettes et pour l’exercice 2019, la nouvelle taxe devrait rapporter environ ¥4,56 milliards.

«l’argent sera utilisé pour protéger les monuments de Kyoto ainsi que pour les efforts visant à soulager les embouteillages de la ville, en particulier les bus surpeuplés, et à sévir contre les logements privés illégaux», a déclaré Kaoru Yamaguchi, un fonctionnaire de la ville et du Bureau du tourisme. Continuer la lecture de « Nouvelle taxe d’hébergement à Kyoto »

En août les catastrophes ralentissent la visite des visiteurs étrangers au Japon

Le nombre estimé de visiteurs étrangers au Japon a augmenté de 4,1% en août par rapport à l’année précédente pour atteindre 2 577 800, mais le rythme de la croissance a ralenti après un tremblement de terre et des pluies torrentielles dans l’ouest du pays.

L’Agence nationale du tourisme du Japon a déclaré que le pays continuait de tirer parti des nouveaux vols et des efforts de promotion du tourisme, mais le taux d’augmentation est passé de 5,6% en juillet à 10% pour la première fois depuis février.

Le nombre de voyageurs en provenance de Corée du Sud et de Malaisie a diminué après que les pluies aient provoqué des inondations et des glissements de terrain dans l’ouest du Japon en juillet et un puissant séisme a frappé le nord de la préfecture d’Osaka en juin.

Par pays et par région, le plus grand nombre de touristes est venu de Chine, avec 860 000 touristes, suivi de la Corée du Sud 593 900 et Taïwan 394 500.

Le nombre estimé de visiteurs étrangers au Japon entre janvier et août s’élève à 21 308 900, en hausse de 12,6% par rapport à l’année précédente, selon les données.

Le prix de l’immobilier a dépassé les années de la bulle au Japon

La zone autour du quartier Gion et du quartier Higashiyama à Kyoto grouille de touristes étrangers. Le prix des terrains a été le deuxième taux de croissance le plus élevé parmi tous les quartiers commerciaux du Japon cette année.

Les prix des terrains au Japon ont augmenté par rapport à l’année précédente pour la première fois en 27 ans, alimentés par des sites touristiques prisés par les touristes étrangers et par les zones urbaines où des projets de réaménagement sont en cours.

Parmi les 10 principaux lieux des enquêtes ayant enregistré les taux de croissance les plus élevés, cinq étaient situés à Kyoto.
Cela s’explique par l’ouverture rapide des hôtels et des magasins en raison de l’augmentation du nombre de touristes étrangers.

La moyenne nationale des prix des terres de référence à partir du 1er juillet a augmenté de 0,1 % sur un an plus tôt.
À partir du même jour en 2017, la moyenne nationale avait chuté de 0,3% par rapport à l’année précédente.

Le prix le plus élevé des terrains commerciaux au Japon est dans le quartier Ginza 2-chome de Tokyo, où se trouve actuellement le bâtiment Meijiya Ginza. Le prix était de 41,9 millions de yens (373,935 Euros) le mètre carré, dépassant de loin les 38 millions de yen de 1990 et 1991, pendant les années de l’économie de «bulles». Continuer la lecture de « Le prix de l’immobilier a dépassé les années de la bulle au Japon »