25ème Conférence Générale de l’ICOM à Kyoto

Du 1er au 7 septembre, Kyoto accueillera des milliers de directeurs de musées, de conservateurs et d’historiens de l’art du Japon et du monde entier lors de l’assemblée générale du Conseil international des musées (ICOM), basé à Paris.

Au cours de la semaine, une gamme d’ateliers, de séminaires et d’événements spéciaux sur la culture, l’art, l’archéologie et les musées aura lieu. Entre autres sujets, les participants discuteront de la manière dont les musées peuvent traiter des thèmes historiques.

Ajoutez à ces dizaines d’ateliers et de sessions conçus pour former les employés de musée, traiter de la préservation archéologique et discuter du rôle des musées dans un monde où il est plus facile que jamais de faire une visite virtuelle.

Pour Kyoto, où se trouvent une grande partie des œuvres d’art au Japon, le gouvernement utilise également la conférence de l’ICOM comme une occasion supplémentaire de promouvoir le «beau» Japon auprès de la communauté internationale.

À ce stade, on peut se demander si quelqu’un dans l’administration japonaise ou certains médias ont intérêt à parler à un public international de graves problèmes liés à l’art et à la culture japonaises d’une manière qui ne se présente pas comme une campagne touristique d’auto-satisfaction.

Quels problèmes?
Entre autre, protéger les musées et les anciens objets des collections de musées contre les catastrophes naturelles, par exemple. D’autant plus critique dans un pays avec des tremblements de terre et des typhons fréquents. Le tourisme de masse concentré sur une petite vingtaine de sites à Kyoto qui rendent la visite désagréable et occasionne beaucoup de dégâts etc…

Heureusement, la réunion de l’ICOM débattra sur le sujet des musées en temps de catastrophe. Une meilleure coordination entre les responsables des musées et les gouvernements au Japon, y compris des plans détaillés pour la récupération et la conservation devrait être une priorité absolue pour la coordination des politiques des gouvernements locaux et nationaux.

La mise en place de limites journalières ou horaires strictes concernant le nombre de visiteurs autorisés dans les musées, en particulier si des objets historiques anciens sont exposés mais cela pourrait rendre la discussion plus difficile, surtout au Japon.

Le sur-tourisme, ou «pollution du tourisme», est devenu un problème majeur dans le pays, en particulier dans les temples et les sanctuaires de Kyoto, où le risque de dommages est manifestement plus élevé. L’un des objectifs de la réunion de l’ICOM à Kyoto est de discuter des différentes manières dont les visiteurs des musées peuvent vivre une expérience plus agréable et plus éducative. Différentes idées de marketing modernes seront sûrement présentées et certaines sessions discuteront du rôle des technologies interactives pour aider les visiteurs à comprendre et à apprécier le passé.

À Kyoto, l’idée de limiter le nombre de visiteurs sur les sites touristiques les plus populaires est à l’étude depuis des années. Les musées se plaignent généralement de fermer trop tôt (16h) et pourrait encourager au moins les musées publics à rester ouverts jusqu’à tard dans la soirée certains jours.

Toute limitation du nombre de visiteurs pourrait inquiéter les responsables de Kyoto sur une éventuelle perte de recettes touristiques. Espérons que la réunion de l’ICOM leur fournira des leçons à adopter et pas seulement une autre occasion de se vanter de leur culture et de leur histoire, surtout quand on voit la destruction massive de maisons Japonais traditionnelles dites Machiya.
Plus d’un millier de maisons en 2 à 3 ans et une dizaine de grands temples pour construire des hôtels en général cheap pour une clientèle bien cheap venant majoritairement du grand pays voisin !

Le bilan sur la culture et le tourisme à Kyoto est sincèrement désolante et le nombre de touristes se plaignant d’avoir vécu des expériences négatives à Kyoto dépassent les 50% d’après une étude fourni par Kyoto city..

Il y a beaucoups de choses à faire et il faut reagir vite!

https://icom-kyoto-2019.org/