Taiko

Le Taiko (太鼓 tambour) de son nom originel: Wadaiko (和太鼓 tambour japonais), désigne toute percussion, qu’elle soit japonaise ou du reste du monde. Cependant, aujourd’hui, il est très courant de désigner les tambours japonais par le terme Taiko, et ce au Japon comme ailleurs.

On trouve déjà des traces du Taiko au 6ième siècle dans les Kofun (古墳 monuments funéraires des anciens empereurs japonais entre le 3ième et 6ième siècle) sur le pourtour et au sommet où se trouvent des Haniwa (埴輪 figurines funéraires japonaises), qui sont représentés un tambour à la main.

Daisenryo Kofun (Tombe de l'Empereur Nintoku)
Daisenryo Kofun (Tombe de l’Empereur Nintoku)
un Haniwa portant un Taiko
un Haniwa portant un Taiko

À cette époque, plusieurs instruments de musique sont introduits au Japon au cours d’échanges avec d’autres pays de l’Asie de l’Est. Entre le 5ième et le 7ième siècle, des musiciens originaires de la péninsule coréenne se rendent au Japon pour y pratiquer leur art. Grâce au développement du théâtre Nô () au Moyen Âge, et du théâtre Kabuki (歌舞伎) à l’époque d’Edo (1603-1868), le Taiko a vu son usage croître et sa maîtrise s’enrichir puisqu’il accompagnait les représentations.

Utilisation du Taiko au théâtre de Nô
Utilisation du Taiko au théâtre de Nô

Le Taiko s’est également développé sous le patronage des grands temples bouddhistes du pays. Ils diffèrent selon les régions du Japon dont ils accompagnent les cérémonies et autres manifestations populaires. Continuer la lecture de « Taiko »

Effondrement de terrain dans une avenue

hakata-fukuoka-trou

La Photo du Jour: La partie d’une rue principale en face de la gare JR Hakata de Fukuoka s’est effondrée ce mardi 8 novembre.

Distributeur automatique Japonais

Ceux qui ont déjà voyagé au Japon le savent, les distributeurs automatiques sont littéralement partout. À chaque coin de rue, dans chaque station de métro/train, dans les centres commerciaux, dans les bâtiments publics, en devanture des résidences… bref impossible de faire plus d’une minute à pied sans en apercevoir un. Il y en a tellement que ça en devient même parfois ridicule quand plusieurs dizaines sont alignés à la suite…

plein de distrib

Le tout premier distributeur automatique (自動販売機 jidouhanbaiki) au Japon à vu le jour en 1888 (明治21), il a été inventé par Koshichi Tawaraya, et été destiné à la vente de tabac. Le plus vieux distributeur ancien qui existe encore aujourd’hui (également créé par Tawaraya) date de l’an 1904 (明治 37 年) il été destiné à la vente de timbres et de cartes postales et doublé d’une fonction boîte aux lettres. Ils deviendront un des symboles du développement que connut le Japon à l’époque Meiji (明治 1868 – 1912) sous l’effet de l’ouverture à l’Occident. Mais ce ne fut qu’en 1962 que les distributeurs automatiques deviendront populaire au japon, plusieurs grosses firmes Américaines (principalement des fabricants de boissons) importèrent leurs distributeurs au Japon pour stimuler la vente de leurs produits.

Distributeur automatique destiné à la vente de timbres et de cartes postales (1904).
Distributeur automatique destiné à la vente de timbres et de cartes postales (1904).

Plus d’un siècle plus tard, le Japon est le roi en Asie des automates de vente, ayant après-guerre, été grandement influencé par les États-Unis, on retrouve des centaines de variétés et déclinaisons différentes. Continuer la lecture de « Distributeur automatique Japonais »