Le quartier Demachi (Kyoto)

Si vous voulez découvrir la vie familiale des Japonais, visitez les rues commerçantes, shotengai (商店街). Je ne veux pas parler ici des rues animées du centre-ville, mais celles des faubourgs. Avant que les grands magasins ne soient construits, les gens allaient aux commissions dans les shotengai. De petits magasins spécialisés bordent les passages couverts dont les arcades ont été construites par les commerçants qui voulaient rendre leurs rues plus commodes les jours de pluie. Vous pourrez y apercevoir la vie authentique des Japonais.

Cependant, les magasins individuels sont de plus en plus en difficultés. Après les dérégulations successives, surtout celles du gouvernement Koizumi Junichiro (2001-2006), beaucoup de petites et moyennes entreprises ont fermé. Les boutiques des passages commerçants ayant gardé les rideaux baissés, la disparité des revenus s’est élargie.

Continuer la lecture de « Le quartier Demachi (Kyoto) »

Depa-chika

Au Japon, les grands magasins sont concentrés autour des grandes stations parce que ce sont les compagnies ferroviaires qui les dirigent. : SEIBU, TOBU, ISETAN (JR), TOKYU, Keikyu, ODAKYU, Hankyu, Hanshin, Kintetsu, etc. Cela a tendance à réunir les affaires et les transports. D’ailleurs, certains grands magasins ont originairement commencé par la vente de kimonos : Takashimaya, Mitsukoshi, Daimaru, etc.

On est bien accueilli dans les grands magasins car leurs employés offrent les meilleurs services. Avant l’ouverture du magasin, ils effectuent une assemblée du matin pour renforcer l’esprit d’équipe.

Lorsque les Japonais achètent un cadeau de noces, un ochugen (お中元), cadeau de milieu d’année, ou bien un oseibo (お歳暮), cadeau de fin d’année en signe de remerciement pour un service rendu ou à titre respectueux, ils préfèrent aller dans les grands magasins pour acheter des assortiments de savons, de jambons, de fruits, de gâteaux, de bières ou de vinaigrettes pour salade… Après la période des oseibo et des ochugen, les invendus seront débités à prix réduit.

Dans les grands magasins, le rayon des produits de beauté se trouve toujours au rez-de-chaussée car, étant bien aéré, l’odeur de cosmétiques ne s’imprègne pas dans l’immeuble. Par contre, les rayons alimentaires sont présentés au sous-sol. Appelés depa-chika, de departement store (=grand magasin) et chika (=souterrain), ils sont très variés. On trouve de petites boutiques de gâteaux japonais où les pâtisseries sont serrées les unes contre les autres. Il y a évidement des rayons de quatre saisons, une poissonnerie, une boucherie et des traiteurs.

Leurs prix sont en général plus chers qu’en supermarché. Les fruits et la viande de bœufs, surtout, sont chers mais ils sont très bons (le bœuf de Kobe est le plus connu mais il y a plusieurs régions productrices de bœuf au Japon : Ohmi, Tajima, Matsuzaka, etc.). Pourquoi ne pas aller voir les beaux étalages aux depa-chika ? Mais attention à ne pas dépenser trop d’argent.

JSS