Le quartier Dotonbori (Osaka)

Voici le centre ville d’Osaka, Dotonbori. Le crabe au milieu de la photo est une enseigne du restaurant Kani-doraku.

Accès à Dotonbori: prenez le métro municipal et descendez à Namba.

JSS

Hanafuda

Les hanafuda sont des cartes à jouer japonaises. Les cartes occidentales sont arrivées au Japon au XVIème siècle mais étaient interdites pour des raisons de mœurs. Au début du XIXème siècle, les hanafuda ont été inventées pour déjouer les interdictions. Le jeu est composé de 12 séries, correspondant aux 12 mois de l’année. Chaque série comprend 4 cartes pouvant représenter une plante, un animal ou un élément naturel ou de la vie quotidienne :

Continuer la lecture de « Hanafuda »

Le temple Gioji

 

Couvert de mousse et entouré de bambou, Gioji (祇王寺), situé à 20 minutes à pied de la fameuse forêt de bambou, est un beau temple du quartier Arashiyama (嵐山). Cet ermitage est en l’honneur d’une femme du XIIème siècle, Gio. Elle habitait à Kyoto et était réputée être une ravissante danseuse. Elle pratiquait le shirabyoshi (白拍子), sorte de danse exécutée exclusivement par des femmes portant un habit masculin tout blanc. Pour sa beauté, Gio était aimée par le gouverneur d’alors, Taira-no-Kiyomori (平清盛). Ils commencèrent à vivre ensemble.

Un jour, une fille frappa la porte de leur maison. Elle s’appelait Hotoke-gozen (仏御前). Alors que le mari refusait son entrée, Gio ouvrit la porte en éprouvant de la pitié pour cette fille. Cette dernière, qui était aussi danseuse de shirabyoshi, montra sa virtuosité à l’homme. Son art étant plus élégant que celui de Gio, le mari, séduit, chassa sa femme de chez lui ; à l’époque, Gio avait 21 ans et Hotoke-gozen 17 ans.

Continuer la lecture de « Le temple Gioji »

Mochi-bana

 

A Kyoto, on fait un grand nettoyage de la maison avant la fête du nouvel an, car si on fait le nettoyage en début d’année, on risque de balayer le dieu en visite chez soi. Les diverses décorations sont ensuite mises à l’entrée et à l’intérieur de l’immeuble. La mochi-bana (餅花), littéralement, fleur de mochi (pâte de riz)’ est un ornement traditionnel de saule et de fleurs artificielles de riz.

Le Nouvel An au Japon

「一月一日、あなたの心の中にいたいから (Ichigatsu tsuitachi, anata no kokoro no naka ni itai kara: j’espère que vous pensez à moi le 1er janvier.)。」

Voici un argument de vente de la Poste japonaise, Nippon yubin. Le jour de l’an, le facteur apporte les cartes de vœux (nengajo 年賀状, voir photo) qu’on lira en toute tranquillité et auxquelles on répondra si nécessaire. 2011 est l’année du lapin. Le Nouvel An est au Japon l’une des fêtes les plus importantes de l’année et a, à la différence de la France, un caractère familial prononcé. Les gens retournent pendant plusieurs jours (en général trois jours entre le 1er et le 3 janvier, souvent appelés sanganichi.) dans leur région natale. On échange des vœux de bonne année avec ses proches, ses voisins et ses amis.

Bonne année 2011 à nos lecteurs 😉

L’équipe de Japon Sans Sushi